Puis l’automne expire…

Début décembre.

C’était si doux de revenir sur Saint-Malo, même s’il n’y avait plus grand monde sur les remparts et intra-muros. D’une saison à l’autre la vie change un peu, vous voyez, mais finalement, c’est bien mieux ainsi. Bien loin des clichés, la crêpe au caramel beurre salé au coin du feu quand dehors le crachin s’agitait, c’était parfait. C’était pas mal non plus, ces moments où le temps n’avait plus trop d’importance, quand doucement il flottait, porté par le léger vent marin, celui qui nous oblige lorsque l’automne se meurt à ressortir les bonnets et les écharpes des armoires.

 
53

Sur Saint-Malo ce jour-là, si l’air avait l’odeur des jours froids, sur les visages les sourires eux étaient brûlants…
Nous étions heureux. Heureux d’un rien.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s